4/41 lignes  [1 - 4]  <<  <  1 2 3 4 5 6 10 11  >  >>
4/41 lignes  [1 - 4]  <<  <  1 2 3 4 5 6 10 11  >  >>



Histoire de l'aviation à Compiègne

En partenariat avec l'association "Le cercle des machines volantes"

Du 27 octobre 2018 au 25 novembre 2018

Le terrain d’aviation de Compiègne-Margny est l’un des plus anciens de France. De ce fait, notre ville occupe une place de choix dans l’histoire de l’aviation, sans compter les personnages célèbres de l’aéronautique qui ont marqué ses pistes, Georges Guynemer notamment.



Jean-Pierre Gilson

Du 22 septembre 2018 au 21 octobre 2018

Célèbre photographe compiégnois, Jean-Pierre Gilson est un habitué apprécié des espaces d’exposition de la ville.
Cette exposition mettra l’accent sur les photos de jardins, notamment celles du parc du Palais de Compiègne.

Revoir les Nymphéas. Joseph Teruel, hommage à Claude Monet



 

Revoir les Nymphéas. Joseph Teruel, hommage à Claude Monet

Inauguration le samedi 23 juin à 15 heures

Du 23 juin 2018 au 16 septembre 2018

Pour commémorer l'armistice signé le 11 novembre 1918 dans la forêt de Compiègne, le peintre Joseph Teruel rend hommage aux Nymphéas que Monet offrit à la République au retour de la Paix le 12 novembre 1918.
Entre art figuratif et art abstrait, il entre dans la peinture...

Chaque détail devient ainsi une œuvre à part entière qui évolue ainsi du plus grand au plus petit, dasn un jeu de perspectives infini. L'art devient passeur de la mémoire...

Les toiles de Joseph Teruel, si présentes et lumineuses, laisseront aux Minimes une empreinte aussi esthétique qu'historique.


A l'issue de l'exposition, les oeuvres seront vendues "à la découpe" avec un prix au centimètre carré.

Les yeux grand ouverts, François Rouan et le vitrail



 

Les yeux grand ouverts, François Rouan et le vitrail

L'espace Saint-Pierre des Minimes sera fermé le mardi 8 mai et le jeudi 10 mai.

L'espace Saint-Pierre des Minimes sera fermé le mardi 8 mai et le jeudi 10 mai.

Du 17 avril 2018 au 17 juin 2018

Sous l’impulsion de l’Association Art Présent, active actrice de la vie culturelle du territoire qui défend l’art et les artistes contemporains, et de l’Association des Amis de l’Abbatiale qui œuvre depuis de longues années à la valorisation de l’église abbatiale de Saint-Jean aux Bois et qui a initié et soutenu le projet de l’oculus, la ville de Compiègne a le plaisir d’accueillir François Rouan, créateur de ce vitrail.
Artiste reconnu, François Rouan, touché par la solennité et l’élégance de cet édifice, a su saisir l’esprit du lieu et dialoguer en harmonie avec les autres vitraux déjà en place.
L’exposition Les yeux grands ouverts. François Rouan et le vitrail présentée à l’Espace Saint-Pierre des Minimes est née de l’envie de mettre à l’honneur ce délicat oculus récemment restauré.
Cette exposition est ainsi l’occasion de présenter le cheminement artistique qui a amené François Rouan, célèbre pour ses peintures, ses écrits et dessins, à son interprétation du mythe de la création du monde dans ce travail du vitrail.
En écho, le Palais de Compiègne présente François Rouan, d’un château à l’autre du 18 avril au 10 septembre, où l’artiste délivre sa vision personnelle du Palais au travers d’installations créées pour l’occasion.    


Autour de l'exposition


Samedi 19 mai, à 20 heures

Dire ou ne pas dire... A l'occasion de l'exposition "Les yeux grands ouverts, François Rouan et le vitrail", l'Espace d'exposition saint-Pierre des Minimes a le plaisir d'accueillir la compagnie Les Trotteuses, née de la rencontre entre François Rouan et Pauline Deshons, comédienne. Depuis près de 10 ans, elle accompagne l'artiste peintre dans ses travaux d'écriture. Aujourd'hui, elle s'empare de ces textes pour les faire entendre au public et ouvrir une autre porte pour entrer dans l'univers de François Rouan.

Deux comédiennes mettent en espace une lecture d'extraits du dernier ouvrage de François Rouan, Dire ou ne pas dire.

Dire ou ne pas dire donne la parole au tableau et tente de raconter qui est derrière le pinceau. Sous forme de fragments autobiographiques, le peintre tisse l'évocation des souvenirs de l'enfance à Montpellier, l'histoire de ses parents, François et Marguerite, la première visite au musée, les rencontres marquantes...